Maison Caillebotte

Au coeur de l'impressionnisme
Maison Caillebotte
En application des mesures gouvernementales mises en places à compter du 9 Août 2021, l'accès à ce lieu est soumis à la présentation d'un passe sanitaire valide.
  • Monument
  • Nature
  • Musée

Maison Caillebotte

Entre 1860 et 1879, cette maison et son jardin furent la propriété de la famille Caillebotte. C’est là que Gustave Caillebotte y pratiqua son art et réalisa plus de 80 toiles. La visite de la Maison Caillebotte remeublée comme à l’époque du peintre grâce aux dons des « Amis de la Propriété Caillebotte » et aux collections du Mobilier National, plonge le visiteur dans l’esprit d’une maison de villégiature de la fin du XIXe siècle et vous permettra de découvrir la vie de la famille de l'artiste et leurs passions. Véritable témoignage de l’époque de la Restauration, unique en Île-de-France, les visiteurs pourront ainsi découvrir la salle à manger et le salon, la salle de billard attenante, entièrement redécorés. La chambre familiale, point phare de la visite, a retrouvé son mobilier d’origine. L’atelier de l’artiste est évoqué et régulièrement aménagé en salle d’exposition qui accueille temporairement des toiles originales de Caillebotte et ses contemporains. Enfin, dans les salles muséales, on suivra l’histoire de la famille et de la Propriété, considérée désormais comme un des hauts lieux de l’impressionnisme de notre pays.

Historique de la propriété

Dès le XVe siècle, les seigneurs de Yerres possèdent ce domaine où est érigé un manoir appelé l’Hôtel de Narelles. La Propriété actuelle a été aménagée dans les années 1830 en parc à l’anglaise, au tracé irrégulier. Le parc comprend plusieurs « fabriques d’ornementation » : La Maison Caillebotte (le Casin), l’Orangerie, le Châlet Suisse, le Kiosque et la Glacière ou encore la Chapelle. Cette Propriété appartient alors à Pierre-Frédéric Borrel, chef de cuisine du très célèbre restaurant Le Rocher de Cancale à Paris, jusqu’en 1843.
La famille Caillebotte l’acquiert en 1860 pour en faire sa résidence d’été. Martial Caillebotte, père, l’embellit et agrandit notamment le potager. Gustave Caillebotte est âgé de 12 ans en 1860 lorsqu’il découvre Yerres et la propriété achetée par son père. Étant pensionnaire pendant l’année, c’est à Yerres qu’il connaît une vie familiale. La grande demeure est également habitée par des parents plus éloignés et des domestiques. Les occupations n’y manquent pas : billard, chasse ou loisirs sur la rivière. Après avoir fait des études de droit, Gustave entre à 25 ans à l’École Nationale des Beaux-Arts de Paris. Ses thèmes de prédilection sont à la fois les nouveaux paysages urbains de Paris, l’activité de la ville et la nature au contact de laquelle il est dans la propriété yerroise. C’est ainsi qu’il affirme son style et devient l’un des peintres impressionnistes les plus originaux. Avec son parc, son potager, les bords de sa rivière, Yerres a joué un grand rôle dans l’élaboration de son art pour lequel il est aujourd’hui un peintre reconnu dans le monde entier. La famille vend la propriété en 1879, peu de temps après le décès de la mère de Gustave Caillebotte. Après avoir connu plusieurs autres propriétaires, le domaine est acquis par la commune en 1973. De 1995 à aujourd’hui, la Municipalité n’aura de cesse de la rénover, célébrant ainsi l’art de vivre au XIXe siècle d’une maison de la bourgeoisie française au sein d’un vaste parc.
La réhabilitation du Casin, maison à l’italienne de la famille Caillebotte, constitue la dernière étape de la rénovation. La réhabilitation de la Maison (ouverte au public depuis juin 2017) et la programmation culturelle de la propriété Caillebotte en font désormais un lieu durablement ancré dans la Destination Impressionnisme puisqu’il est l’un des sites majeurs de l’impressionnisme en Ile-de-France prêt à accueillir de nombreux visiteurs dans ses jardins, ses lieux d’exposition et dans la maison Caillebotte, véritable témoin du mode de vie d’une famille aisée sous la Restauration.

Les fabriques du parc

La Ferme Ornée, centre d’art et d’exposition est discrètement décorée avec des parements colorés comme la fausse brique. Cet espace dédié aux artistes depuis 2008, accueille des expositions majeures d’envergure internationale.

L’Orangerie
De style néo-classique, elle servait à l’hivernage des orangers d’ornement qui figurent sur plusieurs tableaux de Gustave Caillebotte et accueille désormais toute l’année des expositions temporaires.
La Volière, installée en 1860 par Martial Caillebotte père, elle accueillait les oiseaux recherchés pour leurs beaux chants.

Le Châlet Suisse
Ce châlet de montagne prolonge les bâtiments de la Ferme Ornée et habille ce qui était la laiterie. Sa décoration est due à Martial Caillebotte, père de Gustave. On y retrouve aujourd’hui le restaurant et Salon de thé « L’Orée du Parc ».

La Chapelle
Consacrée sous le nom Notre-Dame du Lierre en 1864, la chapelle fut édifiée par Martial Caillebotte père, pour son fils curé, Alfred. Son architecture reprend des éléments de style roman et néo-gothique.

Le Kiosque et la Glacière
Le kiosque oriental est un pavillon belvédère dominant le paysage. Il présente des ornements en bois imitant le bambou, et des vitraux ayant pour motif des griffons rappelant le Mont Griffon, point culminant de la région. Surplombée par le Kiosque, la Glacière d’une profondeur de 7m permettait de disposer de glace et de conserver les aliments. La porte d’accès est encadrée par un enrochement de meulière en forme de grotte. On y pénètre au moyen d’une passerelle qui amène le visiteur en son cœur.

La Chaumière
Cette petite maison, de style montagnard et appareillée de petite meulière, servait et sert encore au rangement des outils.

Le Potager
Passionné d’horticulture, Caillebotte peignit souvent le potager. D’une superficie de 1700m2, on y retrouve la serre d’origine, le moteur du puisard. Il est aujourd’hui entretenu ainsi qu’au temps du peintre par l’association de bénévoles Potager Caillebotte .

Le banc couvert
D’inspiration japonaise, le banc couvert est décrit comme l’étape pour le repos du voyageur, d’où il peut contempler le parc.

L’embarcadère
Location de barques et canoës pour retrouver les paysages des bords de l’Yerres, chers à Caillebotte.

Exposition : Paul Durand-Ruel et le post-impressionnisme

Exposition à la Ferme Ornée de la Propriété Caillebotte (entrée payante) Prolongée jusqu'au 14 novembre 2021. Paul Durand-Ruel est bien connu comme le défenseur de « la belle École de 1830 » (Delacroix, Corot, Daubigny, Millet...) et surtout comme « le marchand des Impressionnistes» (Monet, Renoir, Degas, Manet, Sisley...). En revanche, on ignore généralement qu’il a apporté le même soutien indéfectible à cinq peintres de la génération post-impressionniste (Henry Moret (1856-1913), Maxime Maufra (1861-1918), Gustave Loiseau (1865-1935), Georges d’Espagnat (1870-1950) et Albert André 1869-1954) qui étaient attachés à sa galerie par un contrat moral d’exclusivité. Cette méconnaissance tient pour une part à ce qu’il n’a pas vécu assez longtemps pour assurer leur succès. Ils sont entrés dans son écurie au milieu des années 1890 - il avait déjà dépassé la soixantaine -, à un moment où l’impressionnisme commençait tout juste à être reconnu par la critique et par les amateurs d’art éclairés : c’est en 1895 que Monet expose triomphalement chez Durand-Ruel sa série des Cathédrales de Rouen. Quand le galeriste meurt en 1922, après s’être retiré des affaires depuis quelques années, ses poulains n’ont pas eu le temps d’atteindre la grande notoriété. Cette méconnaissance tient pour une autre part à ce que ces peintres – aujourd’hui bien présents dans les grands musées, dans les collections privées et sur le marché international de l’art - n’ont bénéficié, au cours des années passées, d’aucune exposition collective qui aurait permis de les découvrir en tant que groupe, d’apprécier leur valeur et de mesurer leurs affinités. Et cela alors même que Durand-Ruel les faisaient très souvent exposer ensemble, tant à Paris qu’à New York. Le propos de l’exposition est de réparer cette injustice, en présentant des toiles très rarement exposées, mais révélatrices du grand art de ces peintres. Elle permettra de dégager les proximités stylistiques de ces peintres de la « troisième génération Durand-Ruel ». Trois d’entre eux - Henry Moret, Maxime Maufra et Gustave Loiseau - sont des paysagistes et des marinistes, qui s’inscrivent dans le sillage de l’impressionnisme, tout en lui apportant de notables inflexions. Henry Moret et Maxime Maufra, en particulier, ont participé, à la fin des années 1880, à l’aventure de Pont-Aven, aux côtés de Paul Gauguin et du groupe synthétiste. Les deux autres – Georges d’Espagnat et Albert André – s’inscrivent davantage en rupture avec l’esthétique impressionniste, préférant au paysage les scènes de genre et la peinture décorative. A cet égard, l’exposition de ces coloristes permettra de faire écho, en région Ile-de-France, au Festival Normandie Impressionniste, qui a choisi la couleur comme thématique de sa quatrième édition. Enfin, l’exposition sera l’occasion de découvrir, à travers un catalogue très documenté, les relations professionnelles mais aussi amicales qui unissaient ces peintres entre eux et avec leur marchand. Les commissaires se sont livrés à un dépouillement systématique des archives de la maison Durand-Ruel - catalogues d’expositions, livres de stock, de comptabilité, de remis en dépôt – et ils ont décrypté et exploité toute la passionnante correspondance échangée entre Durand-Ruel père et fils et leurs artistes. Cela leur permet de livrer ici un travail de première main, éclairant une période très riche de l’histoire de l’art.

Informations Pratiques

Horaires Parc Caillebotte public en accès gratuit, ouvert tous les jours, horaires en fonction des saisons Octobre - mars de 9h à 18h30 Avril - mai de 9h à 20h30 Juin - juillet de 9h à 21h Août - septembre de 9h à 20h Visites guidées gratuites du parc et du potager tous les 1er dimanches du mois à 15h, dans la limite des places disponibles Horaires Maison Caillebotte et exposition temporaire à la Ferme Ornée : Mi-mars à mi-novembre ouvert tous les jours (sauf le lundi) de 14h à 18h30 ainsi que tous les jours fériés (de mi-novembre à mi-mars, ouvert les week end et jours fériés) Orangerie : Expositions temporaires en accès libre selon ouverture de la Maison Caillebotte Potager Ouvert les samedis (10h-12h30 et 15h-18h) et dimanches (15h-18h) Tarifs Maison Caillebotte ou Exposition temporaire : 8€ Gratuit pour les enfants de moins de 16 ans et les personnes handicapées. Réductions sur présentation d'un justificatif à l'entrée : 5€ (Etudiants, Pass Education, demandeurs d'emploi, agents du Ministère de la culture, membres ICOM/ICOMOS, membres Maison des Artistes). Membres Amis du Louvre, tarification spécifique. Locations d'une tablette numérique pour la visite du Parc et/ou de la Maison Caillebotte 5€ la tablette + pièce d'identité à laisser à l'accueil Venir à la Propriété Caillebotte depuis Paris : En RER D, à 20 minutes de Paris - 4 stations depuis la gare de Lyon (direction Melun, arrêt Yerres). Depuis la gare, 7 minutes à pied ou bus (ligne F). GPS : Indiquer 10 rue de Concy. Nombreux parkings autour de la Propriété Caillebotte.

Restaurant L'Orée du Parc

Le restaurant L'Orée du Parc vous ouvre ses portes au sein de la Propriété Caillebotte. Il propose une cuisine française traditionnelle.
Réservation conseillée au 01 69 45 47 78.
Salon de thé tous les jours sauf le lundi, de 15h à 18h

Informations pratiques :

Activités et tarifs disponibles :

ActivitéTarifPrix
Maison CaillebottePlein tarif9€
Maison CaillebotteTarif Réduit6€
Page 1 sur 1

Facilités :

  • Accès handicapé
  • Parking
  • Restaurant

Accès :

Coordonnées :

Adresse :
8 Rue de Concy, Yerres, 91330, France

Numéro de téléphone :
+33 1 80 37 20 61

Les avis de nos visiteurs :

Aucun avis n'a été laissé sur ce lieu pour le moment !

Lieux à proximité :