Ancien complexe minier du Grand-Hornu

Joyau du patrimoine industriel du XIXème
Ancien complexe minier du Grand-Hornu
  • Monument
  • Musée

    Ancien complexe minier du Grand-Hornu

    Venez découvrir ce bijoux du patrimoine européen datant de l’époque industrielle, classé depuis 2012 au Patrimoine mondial de l’humanité.
    Sa forme néoclassique témoigne de la prospérité et de l’ éclat régional qu’a connu cet ancien gisement. Construit de 1816 à 1830, vous y retrouverez aujourd’hui deux établissements: Le musée des arts contemporains et le centre d’innovation et de design. Avec plus de dix expositions par an, le site historique est aujourd’hui devenu une référence internationale de la culture contemporaine.

    Situé près de Mons et Valenciennes (Province de Hainaut), le Grand-Hornu est considéré comme une merveille de la Révolution industrielle.
    Construit de 1810 à 1830 par le capitaine d’industrie Henri de Gorge, le Grand-Hornu est un petite ville en soi, reprenant le modèle d’urbanisme de l’époque en Europe.

    Le centre d'innovation et de design au Grand-Hornu - CID

    Le CID cherche à sensibiliser son public à la culture du design et de l’architecture. Il questionne cette culture et discute avec chercheurs, créateurs et citoyens, dans une pensée anticonformiste qui nous pousse à accepter et chercher le changement. Il faut, comme le dirait Raymond Loewy dans "La laideur se vend mal", sortir de notre zone de confort pour tendre chaque jour vers l’innovation.
    Le CID, à travers ses 3 à 5 expositions annuelles, entend se faire la vitrine de notre société contemporaine, à la fois en mettant en valeur des artistes ou designers belges et internationaux, mais également en créant des univers merveilleux propices à la rêverie. Que vous soyez un public aguerri ou non, le Grand-Hornu se veut lieu de médiation et de découverte du design. Nous adaptons nos visites en fonction de votre profil: scolaire, familial, senior…

    Le Musée des Arts Contemporains - MAC's

    Pierre Hebbelink est à l’origine du projet précurseur qu’est le Musée des Arts Contemporains (MAC’s), dans la continuité de la vision qu’avait l’élu Claude Durieux. Il est dédié à la création contemporaine et est présidé aujourd’hui par Denis Gielen qui succède à Laurent Busine en 2016.
    Le MAC’s attire votre attention sur le sujet des arts contemporains. Nous sommes fiers d’être épaulés par la Région Wallonie, la Communauté française et l’Union Européenne. Nous sommes situés près d’un axe routier (France - Pays Bas - Allemagne) qui facilite l’accès au site.
    Quels sont les piliers prioritaires qui définissent les objectifs culturels du MAC’s ? La mise en place d’une collection, la réalisation d’expositions et la programmation d’animations culturelles. La collection dotée de son propre budget s’enrichit de jour en jour. Les œuvres sont soigneusement sélectionnées par la Commission d’Achat qui choisit ainsi l’orientation culturelle du musée en accordant une importance toute particulière au rapport à la mémoire, au lieu et à la poétique. Le musée ne met pas seulement en avant les formes traditionnelles de l’art que sont la peinture et la sculpture, mais aussi la photographie ou les installations ainsi que les vidéos et le multimédia.
    Ainsi, notre objectif se résume en une “éducation du regard”. La synergie que produit la rencontre de l’action culturelle du MAC’s et le centre d’innovation et du design fait de ce site un lieu incontournable de l’art contemporain en Belgique.
    Parmi les acteurs internationaux ayant déjà exposé, on peut citer Luciano Fabro, Giuseppe Penone, Marie José Burki, Anish Kapoor, Patrick Corillon, Jean-Luc Mylaine, Robert Mappelthorpe, Christian Boltanski, Ann Veronica Janssens, Thierry De Cordier, Gilbert and Georges, Art and Language,…

    La cuisine et le jardinage sont aujourd’hui la source de nombreuses oeuvres. C’est une actualisation du principe de nature morte, d’un éclat rendu à certains objets. Dans cette section, on s’interroge sur comment rendre compte de la vivacité de la nature morte ?
    A travers cette conférence sur la nature morte, nous analyserons des travaux d’artistes rendant hommage à la cuisine, au jardinage dans le but de mieux saisir les fondements de ces pratiques récentes.

    Votre visite

    D’inspiration néoclassique, le complexe est composé des ateliers et bureaux de charbonnage, de la ville ouvrière et de 450 habitations avec jardin, très confortables pour l’époque, ainsi que la résidence des dirigeants dénommée le château de Gorge.
    La cité ouvrière est composée d’une école, d’un hôpital, d’une bibliothèque et une salle de danse.
    La construction, assurée par Bruno Renard, reprend les principes de l’idéal communautaire défendus par certains penseurs de l’époque.
    Le Grand-Hornu a également été un centre d’expérimentations technologiques qu’utilisa Henri de Gorge pour de nouvelles techniques d’extraction et de machines à vapeur. Il équipe en 1830 le site du premier chemin de fer hippomobile pour soutenir l’entreprise qui se développe.
    Le Grand-Hornu continue d’augmenter sa production dans la bataille du charbon jusqu’en 1951, date où le traité CECA (Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier) rationalise la production des pays producteurs.
    La production de charbon est arrêtée en 1954, et le site est plus ou moins abandonné. Un groupe de passionnés de patrimoine se bat tant que mal pour le préserver malgré les actes de vandalisme et le besoin de restauration. Un arrêté royal visa sa destruction totale en 1969.
    Il fut sauvé par Henri Guchez qui racheta le site en 1971. Il y démarre une première phase de restauration et y installe son cabinet. La province de Hainaut démarre en 1989 une seconde phase de travaux.
    L'ASBL provinciale Grand-Hornu Images y développe depuis 1984 ses trois objectifs touristiques, culturels et patrimoniaux. Elle met en place un programme culturel et inscrit le site dans les grandes associations internationales du patrimoine.
    Les expositions mettent en avant les relations entre l’art et l’industrie, en adéquation avec l’esprit du lieu.

    On y ouvre en 2014 le CID, centre d’innovation et de design du Grand-Hornu. Son objectif est la promotion du design contemporain grâce à des expositions et activités de médiation artistiques. Le lieu accorde une importance particulière à l’innovation, la recherche expérimentale et l’élargissement des nouveaux thèmes de réflexion autour du design et de l’art contemporain.
    La rénovation est achevée en 2002, lorsque la communauté française y inaugure son Musée des Arts Contemporains. C’est une vitrine de la création contemporaine mondiale qui vous attends sur ce site d’exception.
    200 ans après la révolution industrielle, le Grand-Hornu est aujourd’hui considéré comme un haut lieu culturel de la Belgique. Il est classé depuis 2012 sur la liste du Patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO.

    Informations pratiques

    Accès: PMR et Parking
    Restaurant
    Ouvert du mardi au dimanche de 10 à 18 h, à l’exception des périodes de montage et démontage d'exposition.

    Informations pratiques :

    Activités et tarifs disponibles :

    ActivitéTarifPrix
    Animer la Nature MorteTarif Unique14€
    Visite LibrePlein Tarif14€
    Visite LibreTarif Réduit10€
    Visite LibreTarif Etudiant6€
    Page 1 sur 1

    Facilités :

    • Accès handicapé
    • Parking
    • Restaurant

    Accès :

    Coordonnées :

    Adresse :
    82 Rue Sainte-Louise, Boussu, 7301, Belgique

    Numéro de téléphone :
    0032 65 613 881

    Les avis de nos visiteurs :

    Aucun avis n'a été laissé sur ce lieu pour le moment !

    Lieux à proximité :