Château Vodou

Musée d'art d'Afrique de l'Ouest
Château Vodou
  • Monument
  • Musée

    Château Vodou

    Une collection unique au monde

    Le Château Vodou, unique en son genre, héberge la plus importante collection privée d'objets vodou ouest-africains au monde.
    Tous les objets présentés ont été utilisés dans des pratiques religieuses : culte des ancêtres, médecine, divination, sorcellerie ou autres évènements liés aux grandes étapes de la vie.
    Grâce à une scénographie sensible le public est invité à découvrir une culture méconnue et une philosophie de vie encore très pratiquée aujourd’hui.
    La collection, originaire du Ghana, du Bénin, du Togo et du Nigéria, dévoile ses secrets dans un écrin exceptionnel : un château d’eau de 1878.

    Qu'est ce que le vodou ?

    Lorsqu’on entend parler du vodou, on a plutôt tendance à penser aux scènes vodous hollywoodiennes animées par des transes violentes, des zombies et des poupées percées d’aiguilles plutôt qu’à une philosophie de vie pratiquée par des millions de personnes dans le monde.

    Il est vrai que le vodou est partout, non seulement en Afrique de l’Ouest, son berceau, mais aussi en Amérique du Nord, en Amérique du Sud, aux Caraïbes depuis que les esclaves d’Afrique l’ont transporté là-bas, mais aussi en Europe grâce aux mouvements migratoires du XXe siècle. Qu’on le considère comme une religion ou une philosophie de vie, le vodou englobe un vaste champ de croyances et de pratiques.
    Le vodou est une manière d’appréhender le monde d’ici et de là-bas comme un tout où l’homme dépend de cet autre monde, invisible, peuplé d’ancêtres, d’esprits, de dieux et de toutes les énergies capables d’intervenir dans la vie des gens. On peut dire que chaque histoire de vodou commence par un traumatisme : les explications des catastrophes, des maladies et des morts, des guerres et d’autres désastres trouvent leur réponse dans ce monde parallèle. En effet, le vodou est une façon d’interpréter ce malheur. Malheur, qui, allant d’un simple échec à un examen à une mort violente, devient alors interprétable comme un message d’ailleurs. Ainsi, à l’aide de la divination Fa, l’homme est amené à communiquer avec cette vaste famille de dieux vodous (actuellement il existerait près de 300 vodous), tous ambivalents, coléreux, jaloux, coquets et vaniteux. En quelque sorte, ces vodous nous tendent un miroir.
    La communication avec ce monde invisible se fait à travers les rituels, la musique, les danses, mais aussi les objets. Ainsi, sculptures en bois, paquets, masques, bâtons, cornes ou bouteilles remplies d’herbes, ustensiles de cuisine transformés, amas de matières indéfinissables, éléments hétéroclites cousus, enfilés, attachés, tels que nous les découvrons dans la collection de Marc Arbogast, nous racontent de nombreuses histoires personnelles ou collectives de la vie des gens, du passé mais aussi du présent. Près d’un millier d’objets ont été collectés tout au long de ces trente dernières années au Nigeria, au Bénin, au Togo et au Ghana, et – par un drôle de chemin – sont arrivés au Château Vodou à Strasbourg.

    La Collection

    Marc et Marie Luce ont rassemblées plus de 1200 pièces, dont 220 sont présentées dans le cadre de l’exposition permanente « le vodou, l’art de voir autrement » pendant plus de 40 ans.

    C’est de loin la plus grande collection d’objets vodou africains au monde.

    Notre ambition est aujourd’hui de partager et d’enrichir les connaissances sur le vodou originel. La mise en lumière de certains éléments, de détails et d’expériences doit permettre de faire avancer la recherche scientifique au sujet du vodou d’Afrique de l’Ouest (Bénin, Togo, Ghana et Nigéria). Bien entendu la conservation de cet important patrimoine est également essentielle pour les années à venir.

    Le Château d'eau

    Le bâtiment du château d’eau qui abrite ce musée est un château d’eau construit sous domination allemande entre 1878 et 1883 par l’architecte berlinois Johann Eduard Jacobsthal (1839-1902). Ce dernier a en outre conçu la Stadtbahn de Berlin (« chemin de fer urbain ») et dessiné les gares de l’Alexanderplatz et de Bellevue situées dans la capitale allemande, ainsi que l’ancienne gare de Metz, aujourd’hui détruite.

    Massif, octogonal, de style néo-roman, avec un soubassement appareillé en grès rose, le bâtiment est couronné d’un ouvrage en briques jaunes orné de croisillons en métal et de verrières géométriques. Il a été conçu en même temps que l’actuelle gare centrale et fut l’un des premiers bâtiments mis en chantier au lendemain de l’annexion en 1871, après la guerre franco-prussienne.

    Le château d’eau servait de réservoir destiné à alimenter les locomotives à vapeur. Profitant de l’accessibilité de l’eau qui n’était alors pas courante en ville, les ouvriers de la Reichsbahn, puis les employés des chemins de fer français, avaient ainsi la possibilité d’y prendre un bain dans des cabines collectives situées au premier étage du Château d’eau.

    Les fondations du château d’eau plongent dans les vestiges d’un cimetière romain, civilisation qui, précisément, rendait une forme de culte à ses morts…. ont peut facilement y voir un lien avec le culte des Ewés ou des Fons d’Afrique de l’Ouest d’où provient la collection de Marc Arbogast exposée dans le château.

    Alors que l’électricité en vient à remplacer progressivement la vapeur, le château d’eau sera à la fin des années 1950 abandonné aux hirondelles. Inscrit sur la liste de l’inventaire des Monuments Historiques en 1983, il ne fera toutefois l’objet d’aucune opération de sauvegarde jusqu’à ce que Marc Arbogast ne le rachète en 2005 et en confie la réhabilitation à l’architecte Michel Moretti.

    Le bâtiment a ainsi été restauré dans le plus grand respect de ce joyau du patrimoine industriel et de l’histoire de l’Europe, remettant à neuf les vitraux, le toit et en préservant au 3ème étage l’une des quatre cuves contenant jadis la réserve d’eau.

    Informations pratiques :

    Activités et tarifs disponibles :

    ActivitéTarifPrix
    IndividuelPlein Tarif20€
    IndividuelTarif Réduit17€
    IndividuelTarif Enfants14€
    IndividuelTarif Amis du Musée14€
    Page 1 sur 1

    Facilités :

    • Accès handicapé
    • Parking

    Accès :

    Coordonnées :

    Adresse :
    4 Rue de Koenigshoffen, Strasbourg, 67000, France

    Numéro de téléphone :
    0388361503

    Les avis de nos visiteurs :

    Aucun avis n'a été laissé sur ce lieu pour le moment !

    Lieux à proximité :